Powernap: Warum der Turboschlaf sich lohnt

Turbosieste: pourquoi elle vaut la peine

Dans un quotidien agité, on n’a pratiquement plus le temps de faire de courte sieste, ou turbosieste, à midi. Or, cela ferait beaucoup de bien au corps et à l’esprit.

L’art de la sieste, Salvador Dalí semblait le maîtriser avec brio. Il s’installait dans un fauteuil, les bras sur les accoudoirs. Dans une main, il tenait une cuillère. Puis il s’assoupissait. Dès que ses muscles se détendaient, lui faisant lâcher la cuillère, et que celle-ci venait heurter le sol, c’était le bon moment pour arrêter la sieste.

Bien sûr, on peut tout aussi bien s’allonger et mettre un réveil. Ce qui compte, c’est de limiter la turbosieste à 30 minutes au maximum. «Cela permet d’éviter la mollesse et la longue phase de démarrage qui suivent le réveil», explique Daniel Brunner, de la clinique de médecine du sommeil d’Hirslanden. Il poursuit en expliquant que dix à vingt minutes de sieste suffisent déjà pour se revigorer.

Repos maximal

Pour les spécialistes du sommeil, il ne fait aucun doute qu’il est judicieux de se reposer durant la journée. En fonction de la charge de travail, la performance mentale et corporelle baisse après deux à quatre heures. Dans son quotidien stressant, on a souvent besoin d’un café ou de sortir se dégourdir les jambes à l’air frais. Mais l’idéal serait de s’allonger ou faire une micro-sieste. Cela régénère tout l’organisme.

Une turbosieste à midi

  • permet de prendre du recul par rapport à ses tâches et préoccupations quotidiennes;
  • réduit le risque de surmenage et d’épuisement;
  • améliore la mémoire et la capacité d’apprentissage;
  • calme la fréquence cardiaque et respiratoire et réduit la quantité d’hormones du stress, ce qui a un effet positif sur la santé cardiovasculaire;
  • permet aux muscles et aux organes sensoriels de se régénérer;
  • soulage en cas de troubles de l’appareil locomoteur ou de douleurs chroniques.
La sieste est cependant mal acceptée sous nos latitudes, contrairement aux pays latins ou d’Asie. A ce jour, un faible nombre d’entreprises est équipé de salles de repos en Suisse. Daniel Brunner espère que le sentiment de honte disparaîtra: pourquoi ne pas poser la tête sur le bureau, se retirer dans les salles de séances ou autres locaux inutilisés ou somnoler brièvement dans sa voiture parquée?

Accepter le besoin de repos

S’endormir et dormir d’une traite avec la thérapie du sommeil en ligne

La CSS prend en charge les coûts d’une thérapie du sommeil en ligne si la personne possède une assurance complémentaire pour frais de guérison.
Cependant, «la pause-relaxation de midi doit être un plaisir et non une obligation», précise Daniel Brunner. A cet égard, il est important d’accepter le besoin de repos, peu importe si l’on arrive à s’endormir ou non. Même sans dormir, on profite d’un tel répit. Des techniques de relaxation peuvent aider à débrancher et à déconnecter.

Mais tout le monde n’a pas besoin de se reposer à midi. Suivant le déroulement de la journée de chacun, on peut faire une turbosieste plus tôt ou plus tard. Si la pause de midi s’impose souvent, c’est à cause de l’état de somnolence qui suit inévitablement le repas; le coup de barre de l’après-midi est loin d’être un mythe.

Conclusion: les turbosiestes sont bonnes pour la santé et recommandées. Un fort besoin de sommeil durant la journée peut toutefois indiquer un manque de sommeil la nuit. Des arrêts respiratoires, des douleurs ou des reflux gastriques peuvent en être la cause. Si tel est le cas ou en cas de soupçon, il faut consulter un médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *