Que se passe-t-il dans notre corps en cas de fièvre?

La fièvre est une réaction de résistance saine du corps aux agents pathogènes. Pendant cette période, la circulation et le métabolisme fonctionnent à plein régime.

Lorsque le corps réagit à une infection avec de la fièvre, ce n’est pas une malédiction mais une bénédiction. Des températures plus élevées sont la réponse de l’organisme à des intrus dont on se passerait volontiers. Dans notre cerveau, nous avons une sorte de poste de commande qui veille au maintien du niveau de chaleur – la température du corps d’une personne en bonne santé peut aller jusqu’à 37 degrés. En cas d’infection, des marqueurs envoient des signaux correspondants au cerveau afin de viser une « température de service » plus élevée ; on parle de fièvre à partir de 38 degrés.

Mécanisme nécessaire à la survie

Ce mécanisme nécessaire à la survie montre à quel point le fonctionnement de l’organisme humain est élaboré. Pour atteindre une température plus élevée pour combattre les agents pathogènes, le corps doit à la fois diminuer la perte de chaleur et produire de la chaleur supplémentaire. Il fait la première action en resserrant brièvement les vaisseaux sanguins et la deuxième action, en faisant trembler les muscles avec des frissonnements, produisant ainsi de la chaleur supplémentaire. La température du corps plus élevée accélère la production de globules blancs dont a besoin le système immunitaire pour combattre les agents pathogènes. Tous ces processus coûtent des efforts ; pendant cette période, la circulation est extrêmement sollicitée, le métabolisme et la consommation d’oxygène augmentent. Les malades se sentent épuisés : leurs membres sont douloureux, leur pouls augmente et le corps est brûlant. C’est pourquoi il est important de prendre la fièvre au sérieux comme un appel du corps à rester au lit pour ne pas finir par traîner une maladie. Si les agents pathogènes sont combattus, les vaisseaux sanguins s’élargissent et le corps se refroidit en produisant beaucoup de sueur. Ainsi, le malade retrouve rapidement ses forces.

Infection sans fièvre

Attention : toutes les personnes n’ont pas de fièvre en cas d’infection. Il peut par exemple arriver que le système immunitaire des personnes âgées ne réagisse que faiblement aux intrus et qu’il développe, au lieu de la fièvre, d’autres symptômes tels que fatigue, perte d’appétit ou confusion mentale. La fièvre n’est pas non plus dans tous les cas l’expression d’une réaction de résistance propre au corps. Elle peut avoir d’autres causes comme des allergies, des tumeurs, des médicaments ou des maladies auto-immunes. C’est pourquoi il est important d’être attentif aux symptômes accompagnant la fièvre. Si celle-ci persiste, il faut se rendre chez le médecin. Si elle dure trop longtemps ou si elle est trop élevée, elle ne combat pas seulement les agents pathogènes, mais aussi le propre organisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *