Wie viel Schlaf ist gesund?
(Gettyimages)

Combien d’heures de sommeil me faut-il?

Combien d’heures de sommeil nous faut-il? Il n’est pas possible de donner une réponse globale. Car les besoins varient d’une personne à l’autre.

Commençons par une bonne nouvelle: même si nous passons une nuit presque sans sommeil, cela ne chamboule pas toute notre vie, et nous pouvons parfaitement résister à une journée de travail. Mais en règle générale, il faut éviter les courtes nuits et les longues journées sous peine de mettre sérieusement sa vie en danger, selon Jürgen Zulley, chercheur allemand spécialiste du sommeil. «Le manque de sommeil fait vieillir sur les plans physique, intellectuel et psychique», explique-t-il. Mais combien d’heures de sommeil faut-il pour rester en bonne santé?

A chaque personne ses besoins

Sur le plan purement statistique, nous dormons en moyenne sept heures par nuit. Cela ne signifie pas qu’il faut en faire une règle. Les besoins en sommeil varient en fait d’une personne à l’autre et se situent entre six et dix heures. Ce n’est pas forcément le nombre d’heures qui est important, mais surtout comment nous nous sentons le lendemain.

Ainsi, chacun doit trouver sa durée de sommeil personnelle. Il ne faudrait pas aller à l’encontre de ses besoins et s’entraîner à un autre rythme de sommeil. Il y a des petits et des gros dormeurs, au même titre qu’il y a des bruns et des blonds.

Les besoins changent avec l’âge

Non seulement les besoins en matière de sommeil sont propres à chaque personne, mais ils changent au cours d’une vie. Tandis qu’un nouveau-né dort environ seize heures par jour, un enfant de 5 à 10 ans a besoin de neuf à onze heures de sommeil. La durée du sommeil ne cesse de diminuer avec l’âge. Ainsi, une personne de 70 ans qui se réveille après cinq ou six heures de sommeil ne doit pas se faire de souci: cette évolution est parfaitement normale. Soyez tranquilles, car nous passons tous par là.

Y a-t-il les gens du soir et les gens du matin?

Il y a en effet des personnes du soir et d’autres du matin, soit les chouettes et les alouettes. Tandis que la chouette déteste se lever à six heures du matin, l’alouette est déjà en pleine forme à cette heure-là. Cependant, selon Jürgen Zulley, seuls 15% de la population peuvent clairement se rattacher à l’un ou l’autre de ces deux types. Les autres se trouvent dans la catégorie intermédiaire des dormeurs normaux. Selon Jürgen Zulley, ce sont les gènes qui déterminent si on est une chouette ou une alouette. Toutefois, l’âge ainsi que les conditions de vie jouent un rôle important dans ce domaine.

Qu’apporte la sieste?

Notre corps se met en veilleuse autour de midi. Le fameux «coup de pompe» de midi est ancré biologiquement dans le corps et comparable à l’état du corps dans la seconde partie de la nuit. Le plus naturel du monde serait donc de suivre son rythme biologique et de s’étendre pour un petit somme.

Les personnes qui font la sieste à midi sont plus productives l’après-midi. De nombreuses études prouvent les effets bénéfiques de la sieste sur la santé et la performance. Il faut toutefois un certain entraînement et une certaine régularité pour pouvoir déconnecter.

La sieste ne devrait en aucune façon excéder 30 minutes: au-delà, on tombe dans le sommeil profond, et le réveil devient une torture. Jürgen Zulley a un conseil pour les personnes qui n’ont pas de réveil sous la main: boire une tasse de café avant la sieste. Comme la caféine ne fait effet qu’après 30 minutes, elle n’empêche pas de s’endormir, mais réveille ponctuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *