Osteopathie: Damit im Körper alles seinen Ort findet
(Gettyimages)

Ostéopathie: pour que tout retrouve sa place dans le corps

La mission des ostéopathes est de repérer les troubles fonctionnels dans le corps. Leur outil? Les mains. Grâce à des gestes précis, ils repèrent et traitent les troubles de la mobilité ou les diminutions de certaines fonctions corporelles. Leur objectif: restaurer l’équilibre propre au corps.

Qu’elles soient d’ordre mécanique, chimique ou psychique, les fonctions du système immunitaire et du corps doivent fonctionner autant que possible sans encombres. Lorsqu’on se tord la cheville par exemple, cela peut ébranler les fonctions et les structures.

Trouver la cause de la douleur

Cela peut surprendre, mais les douleurs ne surviennent souvent pas là où le corps a subi un dommage. De manière insidieuse, elles se font sentir à un tout autre endroit. La douleur et la cause de celle-ci sont donc souvent localisées bien différemment. C’est là que l’ostéopathie entre en jeu. Elle cherche à établir d’où vient la douleur, que ce soit des intestins, des muscles, des nerfs ou des articulations.

Reconnue comme méthode de traitement

Selon le fondateur de l’ostéopathie, Andrew Taylor Still, l’ostéopathie active les facultés d’autoguérison du corps. Ce sont elles qui rétablissent l’équilibre.

«Des systèmes corporels bien structurés sont les garants d’une bonne santé.» Andrew Still, fondateur de l’ostéopathie

Née à la fin du XIXe siècle aux Etats-Unis, l’ostéopathie est aujourd’hui une méthode thérapeutique reconnue de la médecine alternative. On recense environ 1000 ostéopathes en Suisse. Depuis fin 2016, la formation fait l’objet d’une règlementation au niveau national, et seuls les ostéopathes au bénéfice d’un diplôme de Master reconnu sont autorisés à pratiquer. La formation enseigne comment soigner les patients à plusieurs niveaux. Pour résumer, les trois systèmes centraux sur lesquels repose l’ostéopathie sont les suivants:

Organes internes (système viscéral)

Les organes internes sont liés les uns aux autres de manière mécanique. Le gros intestin jouit par exemple d’une grande mobilité autour de l’intestin grêle. Mais si la musculature, la graisse abdominale ou l’intestin grêle l’empêchent de bouger, qu’il est trop sollicité ou pas assez irrigué, des douleurs peuvent être ressenties également dans les tissus voisins.

Tête et sacrum (système cranio-sacré)

Le crâne et le sacrum sont reliés. Par exemple, si les sutures du crâne ou les nerfs cérébraux sont entravés ou bloqués, l’ostéopathe identifie les pulsations rythmiques du liquide céphalorachidien pour parvenir à un déblocage.

Muscles et articulations (système pariétal)

Notre corps possède un appareil locomoteur complexe. Il peut arriver que des os, des articulations, des ligaments, des tendons, des muscles et des fascias fonctionnent de manière restreinte. Les ostéopathes mobilisent ou débloquent par exemple les articulations vertébrales et soignent le tissu conjonctif ou les muscles. La stimulation du tissu conjonctif doit permettre d’activer les facultés d’autoguérison.

Prise en charge des coûts de l’ostéopathie

Dans le cadre de l’assurance pour médecine alternative myFlex, la CSS Assurance prend en charge une partie des coûts des traitements ostéopathiques. Informations sur l’assurance pour médecine alternative.
Souvent, ces trois systèmes sont liés, et le patient est ainsi traité de la manière la plus globale possible. En plus d’être utilisés pendant le traitement, les mouvements manuels servent aussi à poser des diagnostics. Il n’existe toutefois pas de preuve substantielle permettant d’établir l’efficacité de ces derniers. De nombreuses études analysent les effets de certains traitements spécifiques sur des zones du corps précises.
En cas de douleurs dorsales non spécifiques ou aiguës, les traitements ostéopathiques apportent par exemple des améliorations significatives du point de vue clinique. L’ostéopathie est manifestement aussi efficace en cas de maladies des voies urinaires inférieures chez la femme ou en cas de syndrome du côlon irritable.
Le problème de nombreuses études de moindre envergure est que, même si elles démontrent une efficacité, elles ont tendance à ne pas comparer l’ostéopathie avec d’autres méthodes ou un placébo.

Qu’en est-il des effets secondaires?

Peu d’études abordent également les effets secondaires et les risques. Il est donc difficile d’établir de manière approfondie de quelle manière l’ostéopathie agit. Les traitements varient fortement les uns des autres, ce qui est toutefois aussi la force de cette méthode thérapeutique alternative. Même si on manque de preuves scientifiques de son efficacité, l’ostéopathie gagne en popularité. D’après la VAOS (association des ostéopathes diplômés), la demande pour des traitements ostéopathiques a augmenté au cours des dernières années et se situe actuellement à environ 1,7 million de consultations par an.

  • S'abonner à la newsletter

    Notre newsletter paraît chaque mois et contient des informations utiles sur les sujets relatifs à la santé, à la forme, à l’alimentation, à l’économie sur les primes et plus encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *