Ayurveda-Kuren: Alles andere als Wellness

Cures ayurvédiques: bien plus que du bien-être

Des massages doux à l’huile chaude: l’ayurvéda est souvent réduit à cette vision du bien-être. Il s’agit en réalité de la médecine empirique la plus ancienne au monde.

Le terme «ayurvéda» vient du sanskrit (ancienne langue de l’Inde) et se compose de deux mots: «ayus», qui signifie la vie, et «veda», qui signifie la connaissance. On peut donc traduire ayurvéda par «connaissance de la vie». Voici de quoi il s’agit précisément: «L’ayurvéda préconise de s’investir dans sa santé et non la maladie», explique le spécialiste suisse en médecine ayurvédique Hans Heinrich Rhyner. Selon lui, la médecine la plus efficace consiste à emmener les gens là où ils parviennent à s’auto-motiver pour faire quelque chose pour eux-mêmes et leur bien-être.

Ayurvéda

Le terme «ayurvéda» est parfois utilisé abusivement, et toutes les offres ne sont pas sérieuses. L’Association Suisse des Praticiens en Médecine & Thérapie Ayurvédique (ASMTA) définit des normes, qui sont aussi régies par la Confédération. Sur www.asmta.ch, vous trouverez les thérapeutes ayurvédiques en Suisse ainsi que leurs qualifications.

Le principe des trois énergies

Selon l’ayurvéda, tout organisme vivant se compose de cinq éléments: l’éther, l’air, le feu, l’eau et la terre. Chacun de ces éléments est doté de certaines forces, propriétés et formes, qu’on retrouve également dans le corps humain. De ces cinq éléments, les médecins ayurvédiques indiens ont déduit trois énergies vitales, qui régulent le fonctionnement du corps et de l’esprit ainsi que la morphologie, le caractère, les préférences et les aversions:

  • Vata se compose des éléments air et éther et représente le principe du mouvement. Elle gère l’activité, la vivacité d’esprit, la circulation sanguine et la respiration. Les personnes de type vata sont graciles et créatives. Elles ont tendance à avoir un rythme de vie irrégulier.
  • Pitta se compose des éléments feu et eau et représente le principe de la transformation. Elle règle la digestion, le métabolisme et l’équilibre thermique. Les personnes de type pitta ont une corpulence moyenne, sont critiques et analytiques et ont une propension à l’impatience.
  • Kapha se compose des éléments eau et terre et représente le principe de la structure. Elle régule les fluides corporels et les défenses immunitaires. Les personnes de type kapha ont une corpulence forte, sont persévérantes et se laissent difficilement troubler.

Ces trois bioénergies sont appelées «doshas». Chaque individu naît avec sa propre constitution de doshas, qu’il conserve toute sa vie. Si les trois doshas sont présents chez chaque individu, un ou deux d’entre eux sont en principe prédominants. Selon l’ayurvéda, si ceux-ci sont équilibrés chez soi, on est en bonne santé. Cet équilibre peut cependant être mis à mal par le stress ou un mode de vie inadéquat.

L’examen du pouls et de la langue

Hans Heinrich Rhyner est convaincu que, pour identifier un déséquilibre, il est nécessaire de procéder à un bilan complet. «C’est la méthode classique et adéquate.» A cet effet, les médecins et thérapeutes ayurvédiques procèdent notamment à un examen du pouls et de la langue. Cela permet de faire le point sur l’état des doshas. Mais pour établir le diagnostic, il faut aussi répondre à des questions sur sa situation familiale et professionnelle, sur son quotidien et sur ses habitudes alimentaires.

Thérapie individuelle

L’objectif d’une thérapie ayurvédique est de restaurer l’équilibre des doshas. Chaque thérapie est adaptée à un individu. Peuvent en faire partie un changement d’alimentation tout comme divers massages, bains de vapeur, préparations aux herbes à boire ainsi que du yoga et de la méditation.

Dans les cliniques spécialisées, on propose aussi des cures détoxifiantes spéciales selon le trouble à soigner. Celles-ci visent à nettoyer le corps, à l’intérieur comme à l’extérieur, de toutes les substances pathogènes. Pour ce faire, on boit du ghee (beurre clarifié). Massages à l’huile, lavements et vomissements provoqués font aussi partie intégrante de la procédure. Cette cure est appelée «panchakarma»; elle est tout sauf un séjour bien-être.

Evaluer cette contribution.

One thought on “Cures ayurvédiques: bien plus que du bien-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *