Welchen Einfluss hat Licht auf unseren Körper?
(Gettyimages)

Pourquoi la lumière est-elle si importante?

Le chronobiologiste Christian Cajochen explique pourquoi nous sommes restés des êtres diurnes et pourquoi nous rythmons automatiquement notre vie sur l’alternance entre le jour et la nuit, même depuis que la lumière artificielle existe.

Monsieur Cajochen, quelle importance a la lumière pour vous en tant que chronobiologiste?

La lumière est le plus important indicateur temporel externe pour notre horloge interne, ce rythme ancré en nous qui détermine quand nous sommes éveillés et quand nous dormons, et quand les fonctions corporelles adaptées au jour ou à la nuit se mettent en marche. De grands progrès ont été faits dans notre domaine de recherche depuis la découverte d’un nouveau photorécepteur dans l’œil il y a quinze ans. C’est parce qu’il est là que la lumière joue un rôle si important. Nous savons aussi, maintenant, que non seulement l’intensité de la lumière est importante, mais que sa composition chromatique l’est également. Selon des études effectuées sur des animaux, les parties vertes de la lumière parviendraient directement aux zones du cerveau qui régissent le sommeil.

Christian Cajochen


Christian Cajochen est responsable du Centre de chronobiologie des Cliniques psychiatriques universitaires de Bâle. Ce spécialiste en biologie comportementale a terminé ses études par un doctorat à l’EPF de Zurich avant d’effectuer un postdoc durant trois ans à la Harvard Medical School de Boston, aux États-Unis. Il s’intéresse notamment aux effets de la lumière autres que visuels, comme son influence sur le rythme du sommeil ou sur l’humeur.

www.chronobiology.ch

À partir de là, que fait la lumière dans notre corps?

Elle a différents effets qui sont vitaux pour le corps humain. En ce qui nous concerne, nous nous concentrons sur les effets de la lumière qui passent par les yeux et non par la peau. La lumière agit par exemple sur des zones du cerveau importantes pour l’apprentissage ou pour le traitement et la mémorisation des émotions. Il y a une chose que l’on sait depuis plus longtemps: la lumière agit sur différentes hormones. Elle élimine la mélatonine, une hormone produite durant la nuit. Le corps sécrète alors plus de sérotonine, qui améliore l’humeur et qu’on appelle, pour simplifier, „l’hormone du bonheur“.

Des effets pouvant être utilisés à des fins thérapeutiques?

Oui. Nous utilisons la lumière notamment pour traiter la dépression saisonnière, dont souffrent 2 à 5 % de la population. Il ne faut pas confondre la dépression hivernale avec le blues ou la déprime hivernal(e), qui touche une personne sur trois environ. Les deux phénomènes sont dus au fait que la lumière du jour est rare en hiver. Cependant, les symptômes sont plus graves dans le cas d’une dépression hivernale. Outre la fatigue et l’humeur dépressive, les personnes atteintes de ce trouble ont typiquement une irrésistible envie de se gaver d’hydrates de carbone. Elles en mangent une telle quantité qu’elles peuvent prendre jusqu’à quinze kilos. La dépression hivernale peut être traitée efficacement avec des lampes spéciales. Celles-ci sont aussi utiles pour traiter une dépression non saisonnière. De récentes études ont prouvé que la lumière est un puissant antidépresseur.

Vous traitez aussi des patients dont le rythme jour / nuit est perturbé. Quand cela arrive-t-il?

Ce trouble est typique des personnes dont l’horaire de travail est décalé. Elles reçoivent sans cesse une fausse information. Durant la nuit, elles voient de la lumière. Leur horloge interne suppose qu’il fait jour et tente de se régler en conséquence. Mais le corps est trop sollicité, ses processus biochimiques se chevauchent. D’où un chaos temporel et, à long terme, des problèmes de santé, dont de graves troubles du sommeil. Cette situation est comparable à un décalage horaire, sauf qu’un voyageur peut s’habituer en quelques jours au nouveau rythme jour / nuit, alors qu’une personne travaillant en décalé ne s’adapte jamais au nouveau fuseau horaire.

Il serait donc impossible de vivre la nuit si on le souhaitait?

Non, nous sommes restés une espèce diurne et sommes prédisposés à nous reposer la nuit. Notre corps obéit à notre horloge interne. Celle-ci a de tout temps été réglée sur les 24 heures qu’il faut à la Terre pour tourner sur elle-même, et s’est donc adaptée au rythme naturel d’alternance entre nuit et jour. Les exigences de notre monde du travail moderne et les techniques d’éclairage artificiel n’y ont rien changé.

Et pourtant, notre société nous impose un cadre temporel précis. Les personnes qui se lèvent tard ont, elles aussi, des difficultés.

En Suisse et en Allemagne, certainement, mais allez en Angleterre, en France ou en Italie: dans ces pays, il y a bien peu d’activité avant neuf heures du matin.

Quelqu’un qui se lève tard peut-il devenir un lève-tôt?

C’est possible dans une certaine mesure, mais les chronotypes de base, alouette ou hibou, sont définis génétiquement. On le voit chez les écoliers. La plupart des jeunes sont de „type tardif“ et doivent suivre des cours au moment où leur performance est au plus bas, soit lorsque la mélatonine, responsable du rythme jour / nuit, est à son maximum. Ils ont besoin d’une à trois heures pour être en forme. C’est plus facile pour les adultes. Leur pic de mélatonine s’est déplacé et se situe aux alentours de trois ou quatre heures du matin.

Pourquoi?

Nous ne le savons pas encore exactement, mais il semble que ce soit une évolution normale. Avec les années, nous devenons plus „alouettes“, même si nous avons pu être de vrais „hiboux“ auparavant. Les personnes âgées ont plus de facilité à se lever tôt, et elles sont plus efficaces le matin, alors que ce n’était pas le cas lorsqu’elles étaient jeunes.

Vous avez parlé de la lumière artificielle. Aujourd’hui, nous passons le plus clair de notre temps dans des espaces fermés. Faudrait-il de meilleurs systèmes d’éclairage?

Les scientifiques s’intéressent de près à cette question. Certes, il existe des normes relatives aux éclairages de bureau, mais elles se concentrent sur l’aspect visuel. Il manque des directives portant sur les effets de la lumière autres que visuels. La question qui se pose est la suivante: quelle quantité et quel type de lumière faut-il dans une pièce pour des effets bénéfiques sur la santé? On cherche actuellement des réponses.

Une réponse serait-elle de simuler la lumière du jour à l’intérieur?

C’est une possibilité, qui est déjà en phase de test. Nous-même faisons des expériences en la matière. L’un de nos modèles imite un ciel diurne dynamique, mais nous devons encore l’améliorer pour faire bouger les nuages à la bonne vitesse, par exemple. L’idée est d’amener le ciel au bureau, de créer une lumière naturelle. Car en fin de compte, beaucoup d’employés travaillent durant des heures sans voir la lumière du jour, par exemple aux étages alimentaires des grands magasins.

Diriez-vous que votre bureau est bien éclairé?

Non, il est trop sombre en général. Cependant, j’ai de grandes fenêtres et donc suffisamment de lumière naturelle tout au long de la journée. Et cela fait du bien de pouvoir regarder la végétation.

One thought on “Pourquoi la lumière est-elle si importante?

  1. Je complète les conseils de ce scientifique par une pensée de V. Hugo “un petit jardin pour se promener, et l’immensité pour rêver. A ses pieds ce que l’on peut cultiver et cueillir ; sur sa tête ce qu’on peut étudier et méditer ; quelques fleurs sur la terre et toutes les étoiles dans le ciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *