Schlafwandeln

Le somnambulisme est-il dangereux?

Vous dormez et montrez quand même un comportement qui rappelle un état éveillé: le somnambulisme. Le phénomène du somnambulisme n’est pas quelque chose d’inhabituel surtout dans l’enfance. Pourtant la prudence est de mise.

Le garçonnet de neuf ans dormait profondément lorsque tout à coup il se leva, ouvrit la fenêtre – et tomba promptement du premier étage. Il eut de la chance et ne subit que de légères contusions. Eveillé il sonna alors chez sa mère qui, pantoise, lui ouvrit la porte.

L’histoire de ce petit somnambule s’est produite il y a un an à Munich. La plupart des personnes concernées sont jeunes: selon la clinique de la médecine du sommeil à Zurzach, environ 15 à 20 pour cent de tous les enfants et adolescents connaissent des escapades nocturnes dont ils ne se souviennent plus le lendemain matin. Chez les adultes le pourcentage est de 1,5 à 2,5.

Fort heureusement, les personnes concernées ne se mettent généralement pas sérieusement en danger. Se lever du lit, crier ou «se promener» plus longuement dans l’appartement sont les formes typiques du somnambulisme. Un tel comportement est la conséquence d’un trouble de l’éveil: les somnambules se trouvent à la fois dans un état de sommeil et d’éveil. Ces zones du cerveau qui sont responsables des activités musculaires et des mouvements s’éveillent tandis que les zones de la conscience et du souvenir continuent de sommeiller profondément. Ainsi des fonctions comme marcher ou crier sont possibles bien que les grandes zones du cerveau soient inactives.

Il ne faudrait nullement chercher à réveiller les somnambules – désorientés ils sont imprévisibles et peuvent par frayeur se mettre et mettre les autres en danger. Il est recommandé de prendre des mesures de sécurité correspondantes, car les somnambules ne perçoivent pas correctement leur environnement: il ne faut pas que l’on puisse ouvrir trop facilement les fenêtres et les objets avec lesquels les somnambules pourraient se blesser ou blesser d’autres personnes devraient être conservés hors de portée.
La plupart du temps, les troubles de l’éveil disparaissent d’eux-mêmes encore avant la puberté. Les adultes somnambules devraient en tout cas en élucider les causes. Notamment le stress, l’alcool ou le manque de sommeil pourraient en être les déclencheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *