Blut spenden
(Blutspende SRK Schweiz AG)

Don du sang – encore nécessaire?

La médecine actuelle est caractérisée par des moyens extrêmement modernes et des produits médicaux de pointe. Mais, même en 2015, on ne peut se passer du don du sang.

Chaque jour en Suisse, de nombreuses personnes ont besoin du sang de tiers, à la suite d’un accident ou d’une maladie. Et ce sera encore longtemps le cas. «Les progrès de la médecine et de la chirurgie permettent certes d’être de plus en plus économe avec cette matière précieuse qu’est le sang. Mais le sang humain est si complexe qu’on n’a encore jamais pu en fabriquer artificiellement», dit Rudolf Schwabe, directeur de Transfusion CRS Suisse SA.

Le don du sang est superflu?

Alors croire que le don du sang est superflu à l’heure du high-tech est une grande erreur. Pour la bonne raison que, selon CRS, quatre personnes sur cinq ont besoin une fois dans leur vie de sang ou de médicaments fabriqués à partir de sang. Le CRS fait d’énormes efforts pour augmenter le nombre de donneurs suisses enregistrés (actuellement 60 000) non seulement pour le don du sang mais surtout pour le don de cellules-souches. «Contrairement à ce qui se passe pour le don du sang ou ‹seuls› le groupe sanguin et le facteur rhésus doivent être compatibles, pour les cellules-souches, ce sont les caractéristiques tissulaires qui doivent coïncider», explique Schwabe pour montrer la différence. Chaque nouveau donneur enregistré pourrait être, par exemple, la seule personne au monde à pouvoir sauver un patient atteint de leucémie.

En 2014, les hôpitaux suisses ont eu besoin de 260 000 érythrocytes. Souvent un sachet suffit. Des personnes grièvement blessées peuvent avoir besoin de cent sachets ou plus. Les produits dérivés du sang ne peuvent être conservés longtemps: les érythrocytes sont périmés après 49 jours au plus.

Les dons du sang, indolores et si utiles

Transfusion CRS Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *