Barfussschuh bis Laufanalyse im Laufsport: was macht Sinn?
(Gettyimages)

Chaussures minimalistes ou analyse de la marche pour la course à pied?

Analyses 3D de la marche, semelles à capteurs ou accessoires sur mesure: les technologies dédiées au pied offrent aujourd’hui de nombreuses possibilités pour, semblerait-il, résoudre tous les problèmes. Dans le même temps, les chaussures minimalistes gagnent du terrain. Comment tout cela va-t-il de pair?

Analyses 3D de la marche: une polyvalence à toute épreuve?

A l’aide de caméras à infrarouge et de capteurs positionnés sur des points importants du corps, les analyses du mouvement en trois dimensions mesurent les mouvements des articulations au millimètre près. Elles donnent aussi une base pour confectionner des semelles ou des chaussures de course sur mesure. Les analyses approfondies doivent également permettre de déterminer quelles sont les faiblesses du coureur, comment il peut s’améliorer et quels conseils il faut lui donner en ce qui concerne ses entraînements. Cela lui donne la possibilité d’améliorer son style de course et de réduire les douleurs en identifiant les faux mouvements ou les erreurs et en les corrigeant.

Des semelles à capteurs pour savoir ce qu’il se passe dans la chaussure

Les semelles à capteurs font aussi partie des nouvelles technologies dans le domaine. Insérés dans une semelle spécialement conçue, les capteurs ne réalisent certes pas des mesures au niveau de tout le corps, comme c’est le cas avec l’analyse 3D de la marche, mais ils enregistrent la répartition de la pression sur la semelle sur une plus longue période. Ils donnent même au sportif la possibilité d’analyser sa démarche et sa foulée. On peut ainsi évaluer directement via une application la course de 10 km qu’on vient de terminer. Mais ces informations si précises sont-elles vraiment nécessaires? Une chose est sûre: elles permettent d’améliorer le style de course en cas de mauvaise posture et pour la pratique à haut niveau. De plus, les médecins et les orthopédistes conçoivent par exemple des semelles correctrices sur mesure à partir des données de ces analyses.

Les semelles orthopédiques, une fausse bonne idée sur mesure?

D’après des estimations, presque un Suisse sur deux devra faire face à des problèmes de pied au cours de sa vie. Avec des semelles mécaniques, les malpositions sont surtout corrigées de manière passive. Des études montrent que cela permet la plupart du temps d’atténuer rapidement les douleurs, ce qui est un bon point. Reste toutefois à savoir si la cause des douleurs a été éliminée. Car si les semelles rappellent au coureur la «bonne» position, ce dernier en devient souvent dépendant sur le long terme, et elles ne font pas nécessairement travailler la musculature et la stabilité dont il a besoin pour atténuer les douleurs.

Les semelles sensorimotrices stimulent-elles la musculature?

Outre les semelles mécaniques, il existe des technologies dites sensorimotrices. Ces dernières ont pour but de stimuler les récepteurs situés sur la plante des pieds au moyen de différents supports et ainsi d’activer certains muscles. Des chercheurs ont constaté que le fait de porter des semelles sensorimotrices entraîne davantage d’activité au niveau des muscles proches du péroné. On ne sait toutefois pas si cela a un effet sur le long terme ni si cela vaut aussi pour d’autres muscles. Des études sont en cours pour déterminer si cette méthode peut influencer durablement la position du pied.

Des semelles peuvent être utiles

Lors d’une analyse de la marche, lorsqu’on cherche la cause d’une malposition, non seulement la position du pied peut être corrigée mécaniquement, mais on identifie également les causes des douleurs. En fonction de la position du pied, de la mobilité et des besoins, des semelles peuvent être utiles. Les médecins du sport partent toutefois du principe que les malpositions du pied ne devraient pas être traitées uniquement avec des semelles: l’entraînement doit représenter 50% du traitement, soit une part équivalente. En allant encore plus loin dans ce sens, on trouve les chaussures minimalistes, qui ne soutiennent que très peu le pied.

Natural Running

Dans les années 1980, les chaussures de course de qualité devaient amortir, soutenir et guider. A contre-courant de ce point de vue, le grimpeur et designer industriel Robert Flirt a conçu en 2005 les premières chaussures minimalistes. Leur fonction est réduite au minimum. Autrement dit, elles protègent du froid et des blessures extérieures. Contrairement aux chaussures classiques, qui s’adaptent au coureur, c’est au coureur de s’adapter à une façon de marcher «naturelle».
Au cours des dix dernières années, un nombre important d’études ont porté sur les effets de ces chaussures et ont montré qu’elles améliorent l’économie de course chez les coureurs bien entraînés et que la musculature des mollets est davantage renforcée sur le long terme. Le risque est toutefois élevé de trop solliciter ses pieds.

Pourquoi? Le pied est habitué à des conditions bien différentes, et les chaussures reprennent aujourd’hui une partie de ses tâches. Il est donc peu surprenant qu’une étude montre qu’il suffit de dix semaines passées à porter des chaussures minimalistes pour solliciter trop fortement ses pieds. C’est pourquoi les médecins du sport recommandent même aux sportifs aguerris d’effectuer la transition par étapes et en douceur.

La course à pied, un sport populaire

La course à pied est très pratiquée, mais depuis quelques années, de nombreux coureurs portent des chaussures de course qui n’offrent pas assez de soutien. Cela a pour effet que les personnes qui ne sont pas assez entraînées sollicitent souvent trop leur corps, ce qui occasionne là encore des douleurs. Il faut dire que les muscles, les tendons et les ligaments n’ont pas été préparés graduellement à cette nouvelle manière de courir. C’est là tout le problème pour les adeptes des chaussures amortissantes et offrant un bon soutien: leur musculature n’est pas habituée à la course à pieds nus, et un revêtement en goudron convient mal à ce type de course.

Comment la technologie et la course à pieds nus se combinent

L’évolution du marché des chaussures le montre: la diversité des modèles augmente. Les coureurs possèdent en moyenne environ cinq paires de chaussures de course différentes. Outre des chaussures pour s’entraîner, il est presque devenu normal d’avoir aussi des chaussures minimalistes, de trail voire de compétition.

La variété des ressources technologiques, mais aussi la possibilité d’y renoncer, est grande. En fin de compte, ce sont le coureur lui-même, son style, son rythme ou ses aptitudes qui définissent ce qui est judicieux pour lui. Que l’on soit coureur ou non, voici ce qui est important:

  • Savoir que courir pieds nus est un entraînement idéal pour la musculature des jambes et des pieds.
  • Il faut toutefois s’y mettre en douceur et par étapes, car le corps a besoin de plus de temps pour s’adapter.
  • Les malpositions peuvent être corrigées au moyen d’un entraînement ciblé.
  • Les analyses de la marche permettent de mettre en lumière les habitudes et les faiblesses, lorsqu’elles ne servent pas uniquement à trouver des chaussures qui réduisent autant que possible ces faiblesses. Elles peuvent permettre de donner des conseils ciblés concernant l’entraînement tout en aidant à trouver la chaussure de course optimale. Il peut s’agir de chaussures qui offrent un maintien parfait, également en complément de chaussures minimalistes pour l’entraînement.
  • Avec le nombre croissant de modèles de chaussures de course différents, il est toujours plus important que les spécialistes puissent donner au client une vue d’ensemble et trouver des chaussures qui correspondent à ses mouvements et à son niveau.
  • Même si un très bon ressenti à l’égard de son corps et de l’expérience pourraient donner des résultats similaires, les technologies offrent des solutions individuelles pour chacun, des amateurs aux professionnels. Car chaque pied est différent et ses besoins aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *