Warum Waldbaden eine Wohltat ist

Les bienfaits des bains de forêt

Utiliser les vertus curatives des arbres: les bains de forêt gagnent en popularité. Ils permettent d’affiner les sens et de prendre pleinement conscience de la nature.

Bain de forêt: lorsqu’on entend ce terme pour la première fois, on peut penser à un bain dans un étang. En réalité, il s’agit du fait de pénétrer dans la forêt et de profiter consciemment de ses bienfaits: sentir ses odeurs de résine épicée, observer les nombreuses nuances de vert, écouter un pivert taper sur un arbre dans un rythme régulier, apprécier la douceur de la mousse sous ses pieds.

Le shinrin yoku, une pratique japonaise

Les promenades en forêt font du bien, jusque-là rien de nouveau. Mais les bains de forêt vont plus loin: ils doivent permettre de profiter des vertus curatives des arbres. Cette pratique vient du Japon, où elle porte le nom de «shinrin yoku». Elle a été popularisée par le médecin immunologiste Qing Li. Ce dernier a étudié la sylvothérapie pendant plus de 30 ans et est convaincu que le fait de passer de longs moments à proximité d’arbres renforce le système immunitaire, stimule le métabolisme, fait baisser la tension artérielle et la fréquence cardiaque, réduit le stress, améliore la concentration et pourrait même atténuer la dépression.

Ces vertus seraient liées aux phytoncides, des substances chimiques produites par les arbres pour se protéger des insectes et des champignons, et qui auraient aussi un effet positif sur le système immunitaire humain. En Europe, des études sur ce phénomène sont en cours.

Au Japon, lorsqu’on est stressé ou qu’on ressasse des pensées négatives, on peut se faire prescrire un bain de forêt par son médecin de famille. Cela fait partie de l’offre de santé depuis des décennies.

Dissiper ses peurs

En Suisse actuellement, quelques régions touristiques ou thérapeutes proposent des bains de forêt. Il est par exemple possible de se rendre avec une professeure de yoga japonaise dans la forêt d’Aletsch, vieille de 900 ans, pour y «découvrir des effets libérateurs pour le corps et l’esprit».

Dagmar Wemmer, de Mosnang dans le Toggenbourg, a intitulé son cours destiné à des petits groupes «thérapie sylvestre basée sur la pleine conscience». La spécialiste en psychiatrie et psychothérapie fait état de résultats concluants. Au bout d’une heure déjà, les participants se sentiraient plus calmes et détendus, et bien moins anxieux et surmenés.

D’après son expérience, Dagmar Wemmer explique que l’effet est particulièrement grand quand la pratique du shinrin yoku est associée à des exercices de pleine conscience. Car selon elle, vivre pleinement l’instant présent est très difficile pour les Occidentaux.

Règles de base pour les bains de forêt

Si vous voulez essayer vous-même de prendre un bain de forêt, vous pouvez prendre en considération les quatre points suivants:

  • Ne ressassez pas le passé et n’essayez pas de prévoir l’avenir; fixez vos pensées sur l’instant présent.
  • Ne considérez pas la forêt que comme un décor pour vos activités de plein air.
  • Laissez de côté le stress et la pression de la performance ressentis au quotidien et renoncez à vouloir établir des records sur les chemins de jogging ou de nordic walking.
  • Laissez votre smartphone à la maison.

Etonnez-vous et laissez le temps s’écouler comme quand vous étiez enfant. Intériorisez la forêt et ses couleurs, ses formes, ses bruits et ses odeurs.

«Les résineux, tels que les pins, sentent particulièrement fort; être à proximité d’eux est une forme d’aromathérapie naturelle.»

Qing Li, créateur des bains de forêt, dans le cadre d’un entretien avec la maison d’édition allemande Rowohlt

Evaluer cette contribution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *