Steigende Gesundheitskosten: Was sind die Ursachen?
(Gettyimages)

Hausse des coûts de la santé: quelles sont les causes?

Les coûts de la santé augmentent chaque année. Pourquoi n’en voit-on pas la fin depuis 20 ans?

Si les primes de l’assurance obligatoire des soins augmentent chaque année, c’est à cause de la hausse des coûts de la santé. En effet, les primes ne sont que le reflet de l’évolution des coûts. Fort bien. Mais quelles sont les causes de la hausse des coûts?

Peut-on éviter la hausse des coûts?

La hausse des coûts a deux facettes. D’une part, c’est une croissance due à l’évolution démographique, aux progrès technologiques et médicaux et aux tendances en matière de santé et qui est en principe supportable, car le renchérissement et les salaires augmentent simultanément. D’autre part, le côté indésirable: une hausse des coûts causée par des mauvaises incitations et qui, dans le meilleur des mondes, pourrait être évitée.

Qui est responsable de la hausse des coûts?

Telle la patate chaude, la faute est souvent rejetée sur l’autre. Soit ce sont les assureurs-maladie qui sont responsables, car ils contrôlent mal les factures, soit ce sont les patients, car ils consomment sans se poser de question.

Dernièrement, c’est la pression exercée sur les fournisseurs de prestations qui a augmenté. On leur reproche de prescrire des traitements onéreux sans que cela soit nécessaire. Le Conseil fédéral estime qu’environ 20% des prestations dans le système de santé sont inutiles et pourraient être économisées.

Mais les cantons et les acteurs politiques ont eux aussi leur part de responsabilité dans la hausse des coûts de la santé. Certains cantons favorisent leur propre marché dans la mesure où ils fournissent des hôpitaux, les financent et les gèrent, contournant ainsi la concurrence. Et les acteurs politiques se perdent souvent dans des débats idéologiques sur une concurrence plus ou moins forte au lieu de discuter de solutions pertinentes.

Comment éviter les mauvaises incitations?

C’est un fait: l’augmentation excessive des coûts de la santé est un problème. Le Conseil fédéral et certains partis l’ont reconnu. La CSS salue le rapport d’expertise du Conseil fédéral ainsi que l’initiative populaire lancée par le PDC visant à endiguer la hausse des coûts et des primes maladie. En effet, ce n’est qu’en cherchant des solutions qu’on en trouvera.

Les éléments suivants (présentés en partie dans le rapport d’expertise) peuvent diminuer les mauvaises incitations dans le système de santé.

  • Les assureurs-maladie doivent améliorer le contrôle de leurs factures, ce qui permet d’économiser de l’argent chaque année.
  • Les patients ont le devoir de contrôler leurs factures, d’assumer une plus grande responsabilité individuelle et de demander un second avis médical en cas d’opération planifiée.
  • Les fournisseurs de prestations (hôpitaux, médecins et autres institutions) doivent accroître la transparence en matière de prix, de prestations et de qualité. Il est en outre important qu’il n’y ait pas de surapprovisionnement en soins: les lits d’hôpitaux doivent être occupés non pas pour gonfler le chiffre d’affaires, mais pour soigner les malades. Les médecins sont tenus de ne prescrire que ce qui est efficace et approprié et non pas tout ce que le patient demande.
  • Même les pouvoirs publics font face à des incitations négatives, qui doivent être éliminées: les nombreux rôles des cantons doivent être démêlés, et la santé devrait être coordonnée par-delà les frontières cantonales.
  • De son côté, la Confédération devrait contrôler le prix des médicaments chaque année, car ce marché dispose aussi d’une grande marge d’amélioration.

Toutes ces mauvaises incitations génèrent des coûts trop élevés dans l’assurance de base. Les causes sont claires, et le moment est venu de se mettre au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *