Prämienüberschuss – welches Vorgehen wählt die CSS?
(Gettyimages)

Excédents de primes: qu’en fait la CSS?

La CSS injecte les excédents de primes dans les réserves pour que ses assurés subissent des augmentations de primes aussi modérées et prévisibles que possible. Les primes se fondent sur les coûts de prestations concrètement escomptés.

Si une assurance génère un excédent, il peut y avoir deux raisons: soit les primes étaient trop élevées, soit les coûts de prestations étaient plus bas que prévu. La CSS définit le montant des primes de sorte que les coûts de prestations escomptés soient couverts. Au lieu de rembourser les excédents aux assurés, elle les injecte dans les réserves. Cela permet de modérer et de prévoir l’augmentation des primes de l’année à venir. On évite ainsi une hausse supplémentaire des frais administratifs, qui résulterait du remboursement des primes.

D’ailleurs, l’excédent du Groupe CSS dans l’assurance de base (pour utiliser le terme correct: le résultat) en 2017 ne se montait qu’à environ CHF 3.60 par personne.



A quoi servent les réserves?

Avez-vous votre propre réserve en cas de période difficile? Beaucoup de personnes en ont une, et c’est précisément ce que nous faisons en tant qu’assurance. Nous faisons en sorte que l’assurance-maladie, par exemple, puisse rembourser toutes les factures même en cas d’épidémie non prévisible. L’excédent du résultat annuel est donc injecté dans les réserves, qui sont d’ailleurs obligatoires (art. 14 de la loi sur la surveillance de l’assurance-maladie). Si ces dernières sont insuffisantes, les assureurs-maladie concernés doivent augmenter leurs primes.

Vous trouverez ici le taux de solvabilité de toutes les entreprises proposant une assurance de base. Le taux de solvabilité du Groupe CSS est actuellement en dessus du minimum légal, mais en dessous de la moyenne de la branche.

Evaluer cette contribution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *