Welche Hormone werden bei Bewegung freigesetzt?
(Gettyimages)

Quelles hormones sont libérées lors d’une activité physique?

En sport, sans hormones, (presque) rien n’est possible. Les hormones du stress, mais aussi celles du bonheur, jouent un rôle central.

Dès lors que nous bougeons, des hormones sont sécrétées. Les hormones sont des «substances messagères» qui produisent certains effets dans le corps et déclenchent certaines fonctions.

Un régulateur d’hormones de stress pour libérer de l’énergie

Par exemple, le cortisol, l’hormone du stress, joue un rôle important dans le sport. Le cortisol a une fonction centrale dans la mise à disposition d’énergie sous forme de glucose. Du cortisol est sécrété après quelques minutes d’effort physique déjà. De cette manière, le corps reçoit rapidement de l’énergie. De plus, le cortisol a un effet anti-inflammatoire. Après environ une demi-heure d’effort, le taux de cortisol baisse et permet ainsi au corps de puiser de l’énergie dans les graisses et les protéines.

Les hormones adrénaline et noradrénaline sont principalement sécrétées en cas de charge psychique et physique. Grâce à elles, le corps libère de l’énergie, la fréquence cardiaque et la tension artérielle augmentent, et la musculature sollicitée reçoit un apport en énergie. Autrement dit, elles font en sorte que le corps s’adapte à cette charge.

La sécrétion d’hormones pendant le sport n’est donc pas différente d’une réaction de stress. Depuis la préhistoire, les hormones nous permettent de fuir rapidement.

Courir sans fin grâce aux hormones du bonheur?

En parallèle de la réaction de stress, des hormones du bonheur sont aussi libérées. Elles seraient responsables de l’euphorie du coureur («runner’s high»). L’euphorie du coureur survient surtout lors de courses sur une longue distance et désigne un état sans douleurs et euphorique. Le sportif ou la sportive a le sentiment de pouvoir continuer de courir presque indéfiniment.

Jusqu’ici, cet effet avait surtout été attribué aux endorphines. On pense désormais que les hormones du bonheur comme la dopamine et la sérotonine atténuent le ressenti de la douleur. En outre, les endocannabinoïdes sont soupçonnés de déclencher un état similaire à l’ivresse lors d’activités physiques. Les endocannabinoïdes sont des substances propres au corps («endo») qui provoquent un sentiment de bien-être et d’euphorie, comme la plante de cannabis.

Une chose est claire: sans notre équilibre hormonal, faire du sport n’est pas possible et ne serait pas si intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *