Trail running

Trail running: une aventure loin de l’asphalte

Oublier le macadam et s’immerger en pleine nature: les personnes qui pratiquent la course à pied loin de l’asphalte non seulement préservent leurs chevilles, mais stimulent aussi leur coordination. Découvrez le trail running et pourquoi les coureurs de montagne professionnels ne sont pas les seuls à exploiter ce sport tendance.

Agiles comme des chamois, ils évoluent sur des single trails (sentiers étroits) rocheux et caillouteux au cœur de paysages alpins. Çà et là, les coureurs bien entraînés rattrapent les randonneurs qui avancent tranquillement et, parfois, secouent la tête d’incompréhension. Mais le trail running n’est pas un sport réservé aux coureurs de montagne professionnels. Il s’agit principalement de choisir un parcours loin de l’asphalte et de courir en pleine nature sur des terrains variés. La longueur du parcours ainsi que le degré de difficulté sont adaptés aux capacités de chacun. Ainsi, un petit jogging en forêt, dans un parc ou sur un chemin de terre peut déjà être qualifié de trail run avec ses nombreux effets positifs.

Renforcer la condition physique et la coordination

Bien entendu, la course à pied en pleine nature renforce la condition physique, notamment le système cardiovasculaire, les chevilles et les jambes ainsi que la stabilité du corps dans son ensemble, soit le tronc également. Pourtant, elle est bénéfique non pas que pour la condition physique, mais aussi pour la concentration et la coordination. En effet, les terrains variés et irréguliers sollicitent les capacités de coordination telles que l’équilibre, le rythme, l’orientation et la réaction. Ces capacités sont aussi utiles au quotidien. Un meilleur équilibre ou une réaction rapide permettent par exemple de prévenir les chutes.

Préserver l’appareil locomoteur

La course à pied loin de l’asphalte présente d’autres avantages. Lorsque le pied se pose sur le sol, une grande partie du poids corporel est reportée sur le squelette, les articulations et les ligaments. C’est pourquoi la course à pied est un sport réputé contraignant pour le corps. Mais plus le terrain est mou, moins la charge est importante. Ainsi, en évoluant sur un terrain naturel, l’appareil locomoteur est nettement moins sollicité, ce qui engendre moins de douleurs après l’effort et plus de bien-être. Font exception les descentes longues et raides en montagne, qui sollicitent fortement les genoux et provoquent d’importantes courbatures à cause du mouvement excentrique pour freiner.

Le trail running, une expérience à part entière:

  • Montée: plus la montée est raide, plus les pas sont courts. Quand elle est vraiment très raide, il est conseillé de marcher. C’est plus efficace et ce n’est pas plus lent que de courir. L’important est d’éviter d’alterner continuellement entre la course et la marche, puisque cela casse à chaque fois le rythme.
  • Descente: il faut commencer par poser l’avant du pied. Cela permet une meilleure stabilité, et le risque de glisser est moins grand que si l’on pose d’abord le talon. Il est aussi tout à fait permis d’utiliser les bras pour garder l’équilibre, qui sont alors constamment en mouvement.
  • Equipement: pour le terrain, il est préférable d’opter pour des chaussures bien profilées. Les chaussures de trail ont des crampons plus marqués, elles amortissent mieux, et les semelles renforcées assurent une meilleure stabilité. Sur les sentiers escarpés, à la montée comme à la descente, il peut être utile de recourir à des bâtons. Par contre, si le parcours comprend peu de passages pentus, mieux vaut éviter les bâtons, ceux-ci étant plutôt gênants sur du terrain plat.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos sorties.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *