Fotalia

Quels sont les bénéfices de l’activité physique pour le cerveau ?

Le sport et l’activité physique maintiennent en forme non seulement les muscles et les os, mais aussi le cerveau. Ce sont surtout les mouvements exigeants sur le plan de la coordination qui stimulent les cellules nerveuses et permettent de mieux exploiter le potentiel du cerveau.

Le cerveau humain est composé d’environ 100 millions de cellules nerveuses. Plus elles sont connectées entre elles et meilleure est la connexion, mieux le cerveau travaille. L’activité physique contribue notamment à stimuler la connexion nerveuse. Ce sont surtout les mouvements nouveaux et exigeants sur le plan de la coordination qui forcent le cerveau à créer de nouvelles connexions.

Transpirer pour le cerveau

Pause active « l’as de la gâchette »

  • Tenez-vous debout, les mains vers l’avant du corps, comme pour dégainer.
  • Formez un poing avec vos mains.
  • Ecartez tour à tour les pouces et les index. Dans un premier temps, essayez de le faire des deux côtés en même temps ; dans un second temps, alternez la main gauche et la main droite.

En entraînant sa force musculaire, on provoque différentes réactions d’adaptation dans son corps. Afin d’améliorer le contrôle des muscles, le corps sécrète une substance messagère qui stimule la croissance des cellules nerveuses.
Cette substance circule dans les vaisseaux sanguins pour parvenir au cerveau, où elle crée de nouvelles cellules nerveuses. La musculation développe donc non seulement les muscles, mais aussi l’intellect
Une combinaison de l’activité physique et intellectuelle ainsi que l’apprentissage de mouvements nouveaux et complexes favorisent également les performances cérébrales. Les enfants et les personnes âgées sont les principaux bénéficiaires de cet effet.

D’avantage de concentration grâce à de courtes pauses actives

L’exercice physique est aussi important pour l’irrigation du cerveau. Lorsqu’on reste assis longtemps, le cerveau est moins irrigué et donc reçoit moins de nutriments. Une mauvaise irrigation fait baisser la concentration et, à plus long terme, a un impact négatif sur les cellules nerveuses.
Une pause active, même très courte, augmente déjà de 20% l’irrigation du cerveau. Les mouvements que nous ne maîtrisons pas augmentent davantage l’irrigation du cerveau, car notre matière grise est particulièrement sollicitée. Les exercices exigeants sur le plan de la coordination se prêtent parfaitement aux courtes pauses. Si un exercice devient trop facile après un certain temps, il faut le changer. Essayez donc l’exercice suivant, appelé «l’as de la gâchette».

Conseils

  • Bougez régulièrement pour stimuler l’irrigation du cerveau.
  • Fixez-vous des défis sportifs exigeants sur le plan de la coordination.
  • Alliez l’activité physique à des tâches intellectuelles (p. ex. mémoriser du vocabulaire).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *