(bhofack2 / Thinkstock)

Végétalisme : comment éviter les carences ?

La vitamine B12 se trouve pratiquement exclusivement dans des produits d’origine animale. Quelles sont les conséquences pour les végétaliens ?

De nos jours, le végétalisme n’est plus une excentricité ; les problèmes que pose l’élevage intensif et les préoccupations environnementales plaident fortement en faveur d’une telle alimentation. Les végétaliens ne renoncent pas seulement à la viande, mais également à tous les produits d’origine animale, comme le fromage, le lait et les œufs.

Le danger majeur de ces restrictions alimentaires est la carence en vitamine B12. L’Office fédéral de la santé tout comme la Société suisse de nutrition déconseillent d’imposer un régime végétalien aux enfants. Il y a eu des cas où de jeunes enfants ont souffert d’un retard de croissance en raison d’une carence en vitamine B12.

Eviter les carences

Il ne faut pourtant pas croire que le végétalisme entraîne automatiquement une carence en nutriments. La prise de compléments alimentaires peut prévenir ce problème. Il est indiqué de prendre des comprimés de vitamine B12, surtout pour les femmes enceintes qui sont végétaliennes. Si l’alimentation est uniquement végétale, il est recommandé d’effectuer régulièrement des tests sanguins afin de déterminer le taux de vitamine B12.

Enfin, il est essentiel d’avoir une alimentation équilibrée et de connaître les aliments ainsi que leurs nutriments. A titre d’exemple, le fer est effectivement mieux absorbé par la consommation de viande que celle de produits végétaux, tels que les céréales complètes. Il est toutefois possible de contourner cet inconvénient en consommant en parallèle de la vitamine C, car celle-ci favorise l’absorption du fer. Il existe aussi des substituts de viande pour combler le besoin en protéines, comme les légumineuses ou les aliments à base de soja.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *