Urban Gardening: gesund und glücklich mit selbstgepflanztem Chili
(Fotolia / ErikSvoboda)

Jardinage urbain: en pleine forme grâce aux piments cultivés chez soi

Le piment est devenu un incontournable dans les cuisines. En plus de donner du caractère à nos plats, il est bon pour la santé et le bien-être. Cultivé à la maison, il est particulièrement frais et a l’avantage de ne pas être traité. Voici comment cultiver des piments chez vous, que vous ayez la main verte ou non.

Cultiver des piments soi-même

  • On peut cultiver des plantes de piment sans problème dans de grands pots ou des jardinières.
  • Plus l’endroit est chaud et ensoleillé, mieux c’est.
  • Les plantes doivent être arrosées régulièrement mais ne supportent pas de baigner dans l’eau.
    Astuce: quelques trous percés au fond du pot permettent à l’eau de s’évacuer.
  • Le piment a besoin d’engrais. On recommande d’utiliser un engrais bio pour tomates toutes les deux semaines ou un engrais bio longue durée.
  • Attention: le gel est fatal. En dessous de 5 degrés, il faut garder la plante à l’intérieur.
  • Vous trouverez un choix de plantes de piment dans votre jardinerie. Nous vous recommandons les produits bio.
  • Les plantes de piment se gardent l’hiver à l’intérieur. Tailler généreusement après la récolte et entreposer dans un endroit lumineux à 15 degrés.
  • Pour ceux qui ont un peu d’expérience: semer le piment en février. Enterrer les graines à environ 5 millimètres de profondeur. La germination prend 8 à 20 jours à une température comprise entre 20 et 28 degrés.

Le piment se conserve bien

On le récolte du mois d’août au mois d’octobre. Les piments se conservent très facilement et longtemps. Vous pouvez…

  • les déguster frais
  • les faire sécher (en les suspendant dehors, en utilisant un déshydrateur ou en les mettant au four)
  • les congeler
  • les conserver dans de l’huile

Une jolie déco: vous pouvez suspendre les piments sur une tige à l’aide d’un fil et d’une aiguille et les laisser sécher. Cela apportera une touche méditerranéenne à votre intérieur.

Manger pimenté, c’est sain et ça met de bonne humeur

Le piment est de plus en plus utilisé en condiment dans la cuisine occidentale. La substance qui lui donne sa force est la capsaïcine. Lorsqu’on mange pimenté, le cerveau reçoit un signal de douleur qui déclenche la sécrétion d’endorphines. C’est pourquoi on dit que le piment et autres épices fortes rendent heureux.

Pourquoi le piment nous fait du bien:

  • Il nous fait transpirer, et fait ainsi diminuer la température corporelle
  • Il a des effets antibactériens et anti-inflammatoires
  • Il libère des endorphines, aussi appelées „hormones du bonheur“
  • Il stimule la digestion
  • Il régule le taux d’insuline
  • Il augmente la dépense de calories
  • Il favorise la circulation sanguine
  • Il donne soif et nous invite à nous hydrater

Pimentez votre quotidien

Attention aux problèmes d’estomac

Les plats trop épicés peuvent aggraver les brûlures d’estomac, voire déclencher une diarrhée.
Dosez bien les épices fortes pour continuer d’apprécier vos plats. Habituez-vous progressivement. Lavez-vous toujours les mains après avoir manipulé du piment, ou veillez à porter des gants. Évitez absolument le contact avec les yeux. Consommez les aliments très forts avec modération afin qu’ils ne nuisent pas à votre santé.

Recette pauvre en glucides: curry rouge thaï et nouilles Shirataki

Pour apprécier des nouilles sans regrets. Les nouilles Shirataki sont à base de racines de konjac et contiennent très peu de graisse, glucides et calories. Avec seulement 8 calories pour 100 grammes, elles sont considérées comme des „nouilles-miracle“ et se prêtent parfaitement à l’alimentation pauvre en glucides (ou low-carb). On en trouve maintenant dans les grandes surfaces suisses.

Recette pour 4 personnes

400g de nouilles Shirataki
400g de poitrine de poulet
400ml de lait de coco
1 poivron
1 courgette
1 petit brocoli
2-4 champignons Shiitake ou autres
½ ananas frais
2 CS de pâte de curry rouge
1 citron vert
1 piment
1 morceau de gingembre (grand comme le pouce)
2 gousses d’ail
curcuma, cumin, sucre de palme ou sucre brun selon le goût

Ce plat est également délicieux en version végane, préparé avec du tofu ou du seitan.

  • Couper en morceaux les légumes, les champignons, l’ananas et le poulet
  • Détailler le piment en petits morceaux
  • Râper finement le gingembre, par exemple à l’aide d’une râpe à rösti
  • Presser l’ail
  • Passer les nouilles dans de l’eau chaude pour les laver
  • Ouvrir délicatement le lait de coco, prélever 3 cuillères à soupe de l’épaisse couche du dessus, les mettre dans un wok ou une poêle
  • Ajouter la pâte de curry rouge et l’ail et faire chauffer brièvement
  • Ajouter le poulet et le gingembre, faire revenir légèrement
  • Ajouter le reste du lait de coco, les légumes et le piment et porter à ébullition
  • Assaisonner avec du jus de citron vert, du curcuma, du cumin et une pincée de sucre brun
  • Faire cuire à feu doux 10 minutes
  • Ajouter les nouilles Shirataki et l’ananas, laisser cuire deux minutes
  • Rectifier l’assaisonnement selon le goût

Vous pouvez remplacer les légumes par d’autres selon la saison et vos préférences. Les aubergines, les haricots et le poireau conviennent aussi parfaitement.

Eux aussi font du bien…

le paprika et le poivron: effet antibactérien et anti-inflammatoire
l’oignon, l’ail et le poireau: préviennent l’artériosclérose
le gingembre: bon contre les nausées
le poivre: stimule la digestion et la circulation

One thought on “Jardinage urbain: en pleine forme grâce aux piments cultivés chez soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *