(John Gomez / Thinkstock)

Devenons-nous de plus en plus gros ?

Le surpoids touche la population suisse de plus en plus. D’après l’Office fédéral de la statistique (OFS), la barre des 50 % a été franchie chez les hommes. Autrement dit, un homme sur deux est en surpoids, voire obèse.

La publication de l’OFS, parue en novembre 2014, se fonde sur l’enquête suisse sur la santé, qui est menée tous les cinq ans. Les données de 2012 désormais évaluées montrent que près d’un tiers des personnes de 15 ans et plus sont en surpoids et 10 % sont obèses ; elles souffrent donc d’une forte surcharge pondérale. Ce chiffre a plus que doublé au cours des vingt dernières années. En termes de taux de croissance, la Suisse est en tête du classement en comparaison internationale, selon l’OFS.

Adiposité

Le surpoids n’affecte pas tous les groupes de population de la même manière

Alors qu’un homme sur deux est en surpoids ou obèse, seule une femme sur trois est concernée. Chez les hommes, 39 % sont atteints de surpoids, contre 23 % chez les femmes. Les valeurs pour l’obésité se montent respectivement à 11 % et 9 %. En outre, plus le niveau de formation est faible, plus le surpoids et l’obésité sont présents. Par exemple, les femmes qui n’ont terminé que l’école obligatoire ont 3,6 fois plus de risque de devenir obèses que celles ayant achevé une formation tertiaire. Enfin, il existe aussi un fossé entre les zones rurales et citadines : les habitants de zones rurales sont plus souvent en surpoids ou obèses que les citadins. Fait étonnant : selon l’OFS, la plupart des personnes en excès pondéral voire obèses se disent satisfaites de leur poids, bien que l’obésité fasse partie des principaux facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires, du diabète sucré de type 2 ainsi que de certains types de cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *